L’Association des Agences-Conseils en Communication

Communication : pourquoi le message ne passe plus...

Edition : Éditions François Bourin
2016
Prix : 24 Acheter sur Amazon

Communication : pourquoi le message ne passe plus...

Bernard Emsellem

« C'est de la com ! » Cette expression se veut dévastatrice, et elle l'est. Que se passe-t-il ? « Avant », le schéma était simple... Un émetteur, un récepteur, un message plus ou moins formaté. Et parfois de la contestation. Le schéma pépère, où l'enjeu principal était de « faire passer le message ». La « manière » était reine, elle permettait beaucoup. La pub était à son heure de gloire... La communication savait rendre cela joli, voire très séduisant. Et le message institutionnel pesait souvent son poids de langue de bois, d éléments de langage artificiels et convenus... Et puis, patatras, les messages ne passent plus ! Le livre de Bernard Emsellem tire la conclusion : abandonner définitivement l idée de « faire passer le message » chère aux dirigeants. On ne fera plus accepter les messages comme ça. C'est une autre approche fondée sur l information, dans une relation de respect, avec une participation à modalités multiples qu il faut porter. Non plus « faire passer » mais : expliquer, débattre, partager, construire avec, décider avec,etc. Et « le message » ne sera plus partiel ou secondaire mais prenant à bras-le-corps les sujets qui touchent les parties prenantes. En une dizaine de chapitres à la manière d un puzzle qui s'agence, l'auteur décrit les impasses de la com, porte un regard sur les organisations, explore les évolutions des mentalités (étudiées à partir d un décorticage des schémas de communication), analyse les transformations structurelles, et pas seulement techniques, induites par le numérique. Et reconstruit des chemins...
La pub est morte. Vive la communication !

Edition : Archipel Eds De L'
2014
()
Prix : 18,95 euros Acheter sur Amazon

La pub est morte. Vive la communication !

Edouard Rencker

Des politiques « corrompus », des médias mensongers, des entreprises qui s’arrangent avec la vérité, ce cocktail « explosif » n’attendait qu’un détonateur pour plonger la société française dans une méfiance paranoïaque récurrente : la com’, ses excès et son cortège de « casseroles » feront l’affaire. DSK, Cahuzac, Copé… derrière chaque « affaire » on soupçonne un gourou de la com’ fourbe et malveillant.

Au lieu de jouer son rôle de médiateur, voire d’amortisseur, la com’ et la publicité sont ainsi devenues dans l’esprit des Français l’outil qui manipule, qui cache, qui abuse, une véritable « pollution sociale ».

Alors « A mort la com’ » ?

Le moment est venu d’arrêter la « vieille » com’, de réhabiliter la médiation, de réinventer les modèles de communication et d’expérimenter de nouveaux chemins mixant écoute des médias sociaux, conversations avec les publics, etc. Une réaction devenue urgente, au risque d’un divorce grave entre l’entreprise, ses publics et même ses salariés – entre « la com’ » et le corps social.

Oui, il faut réhabiliter et sauver la communication !

Le devoir d'influence

Edition : Odile Jacob
2013
()
Prix : 19,90€ Acheter sur Amazon

Le devoir d'influence

Nicolas Narcisse

Au sein de la profession des communicants, beaucoup ne se reconnaissent plus dans les « gourous » et tous ceux qui usent de tous les ingrédients de la « com » pour tenter de faire un écran de fumée devant l'opinion. L'influence va désormais de pair avec une certaine idée du dialogue et de l'ouverture. Malgré les apparences, la société change à une vitesse extraordinaire. La circulation des idées s'accélère, les cercles où elles sont discutées s'élargissent et ceux qui peuvent y participer sont tous les jours plus nombreux.

À l'heure des réseaux sociaux où chacun peut devenir un leader d'opinion, nous sommes entrés dans l'ère de l'influence sociétale. Une époque où, sans convaincre, sans engager derrière soi ses parties prenantes, plus aucun projet ne peut voir le jour. Les entreprises, les marques et leurs dirigeants sont en train de le comprendre. Leur prospérité, leur pérennité parfois dépendent de cette capacité à emmener avec eux les consommateurs, les collaborateurs et même la société tout entière. Ils ont un devoir d'influence. Car la société a besoin de leurs idées pour changer le monde et celles-ci ont besoin d'elle pour prospérer.

Est ainsi venue l'heure de l'influence positive qui nécessite de repenser les pratiques traditionnelles de la communication et même le rôle du communicant.

Tous en slip!

Edition : Editions du Moment
2013
(Français )
Prix : 14,50 € Acheter sur Amazon

Tous en slip!

Ronan Chastelier

Par temps de crise, d'austérité, de contribution fiscale exceptionnelle, les habitudes des Français changent. Nécessité matérielle et appauvrissement plus ou moins partagé, beaucoup se déclarent en faveur d'un mode de vie plus frugal : ils s'intéressent à l'écologie, pratiquent la course à pieds nus (Barefoot), s'entichent superstitieusement de bio, de light et de 0%. Ou se prennent de passion pour le végétal, au jardin ou dans les potagers.

Sous le regard de Ronan Chastellier, mode, politique, économie et aussi culture connaissent désormais une "époque en slip". Une époque de "nudité", de-non dissimulation radicale des choses, mais aussi de régression intellectuelle et de retour à un état de nature, naïvement qualifié de "postmoderne". Pour l'auteur, la crise économique pourrait bien préluder à une forme d'éveil spirituel, un chemin vers la vérité. Mais voilà, les choix les plus vertueux ne sont pas à l'abri du Marketing. Le Marketing qui parfois rencontre l'esprit du temps mais, à d'autres moments, bute sur le facteur "stupide", jusqu'au ridicule.

Entre théorie sociologique et satire sociale, ce livre est une lecture drolatique des tendances de la crise. C'est aussi un avertissement ironique et décomplexé aux chantres de l'austérité. Tous en slips, peut-être, mais pas en fourrure, le slip !

L'idée qui tue ! : Politique, business, culture... Les secrets des idées qui durent

Edition : Eyrolles
2009
Prix : 17,10 € Acheter sur Amazon

L'idée qui tue ! : Politique, business, culture... Les secrets des idées qui durent

Nicolas Bordas

Comment marchent les idées qui marchent ? Qu'est-ce qui différencie une bonne idée d'une " idée qui tue " ? Pourquoi certaines grandes idées tombent-elles dans l'oubli ? Comment s'assurer que son idée a toutes les chances de connaître le succès ? Comprendre comment naissent, vivent et meurent les idées, c'est se donner une chance d'imposer les siennes sans se laisser manipuler par celles des autres. Un enjeu crucial dans une société de communication où les idées qui triomphent décident de notre avenir politique, économique et culturel. Par engagement professionnel et passion personnelle, Nicolas Bordas a longuement étudié les idées, leurs comportements, leurs modes de diffusion et les lois qui les régissent dans toutes les sphères de l'activité humaine. Examinant toutes sortes d'idées, grandes ou petites, il fournit les clés pour analyser leur succès ou leur échec : pourquoi continuons-nous à écrire avec des claviers mal conçus ? Comment une publicité peut-elle être célèbre auprès de gens qui n'étaient pas nés quand elle a été diffusée ? Pourquoi certains groupes sur Facebook ont-ils plus de membres que la Finlande ne compte d'habitants ? Ou comment saint Paul a-t-il marketé " le christianisme ?

Francoscopie

Edition : Larousse
2009
Prix : 30,40 € Acheter sur Amazon

Francoscopie

Gérard Mermet

Ouvrage de référence sur l'état de la France et des Français, Francoscopie décrit et décrypte les attitudes, les comportements, les opinions et les valeurs. Il couvre tous les domaines de la vie quotidienne : santé, famille, vie sociale, travail, revenus, consommation, loisirs... Un portrait vivant, détaillé et argumenté, que Gérard Mermet dresse régulièrement depuis plus de vingt ans. L'ouvrage analyse la réalité à partir de données objectives et démonte les idées reçues. Il met en évidence les évolutions, fournit des comparaisons avec d'autres pays, identifie les tendances, souligne les " exceptions " nationales. Cette 13e édition accorde une place particulière aux transformations en cours au moment où la société française se trouve confrontée à une crise sans précédent, sur fond d'inquiétude environnementale et de recherche de nouveaux modèles. Par sa vision à la fois présente et prospective, Francoscopie 2010 intéresse tous ceux qui veulent connaître l'état réel de la France, comprendre les Français et anticiper les mutations.

La Ré-alliance : Il y a une suite à notre société individualiste

Edition : Payot
2008
Prix : 19 € Acheter sur Amazon

La Ré-alliance : Il y a une suite à notre société individualiste

Françoise Bonnal

Trois visions de l'individu inspirent nos comportements sociaux depuis plus d'un demi-siècle : le " nous " de la Tradition, le " je " de la Réussite matérielle, et le " moi " de l'Expression personnelle. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Un nouveau modèle d'individu, moins égocentré et plus conscient des interdépendances, est en train de se former sous nos yeux : le moi-nous de la Ré-alliance. Mobilisation écologique, réseaux sociaux, projets solidaires, recherche de sens, réhabilitation du cœur et aspiration à se rendre utile - l'individu contemporain se réinvente des liens collectifs, plus coopératifs, plus engagés, plus constructifs, et élargis à un horizon beaucoup plus vaste. Qu'est-ce donc que la Ré-alliance ? Qu'apporte-t-elle à notre vie quotidienne ? Et quelle place prend-elle face aux trois autres visions toujours actives dans notre société ? 

La Bêtise Economique

Edition : Librairie Académique Perrin
2008
Prix : 14,06 € Acheter sur Amazon

La Bêtise Economique

Catherine Malaval - Robert Zarader -

LU-Danone, Metaleurop Nord et Lassalle-Toyal : trois " affaires ", trois récits racontés par les médias avec l'émotion de la fiction, trois histoires d'usines, trois batailles d'acteurs qui comptent peu de points communs. Et pourtant. Côté pile, chacune, comme l'une des pièces d'un même puzzle, illustre les nouvelles relations, tumultueuses et complexes, que les médias, les politiques et l'opinion entretiennent avec les entreprises. Leur étude minutieuse, à partir de sources souvent méconnues, montre que les crises d'entreprise ne se réduisent pas à un spectacle bien mis en scène... Côté face, ces trois histoires, si semblables par les drames humains qu'elles provoquent dans des régions d'où l'industrie s'éloigne, cachent en effet les mêmes luttes de pouvoir politique, la même consommation médiatique de l'événement et les mêmes difficultés de la " puissance publique " à affirmer des stratégies industrielles locales ou nationales. Ce livre décrypte les mythes de l'entreprise qui encombrent les imaginaires, dans leur façon de penser l'industrie et la finance, le social et le marché. II cherche à nuire, ne serait-ce qu'un peu, à la bêtise économique.

L'Odyssée du prix : Vie chère, low-cost, gratuité, une phénoménologie du prix

Edition : Editions Nouveaux débats publics
2007
Prix : 16,15 € Acheter sur Amazon

L'Odyssée du prix : Vie chère, low-cost, gratuité, une phénoménologie du prix

Apparemment, rien n'est plus simple qu'un prix. C'est juste un chiffre, un montant. Un point d'équilibre entre offre et demande. Pourtant, depuis quelques années, comprendre les prix et leurs évolutions est devenu un véritable casse-tête qui met en échec même les plus éminents économistes. Les prix deviennent, la plupart du temps, inattendus et surprenants, comme si l'idée même d'un référent " moyen " tendait peu à peu à disparaître de nos radars.
La réflexion de ce livre accorde une place centrale aux phénomènes de low-cost parce qu'ils expriment parfaitement ce qui se passe dans un monde dans lequel les prix ne sont plus des cadres sociaux et comportementaux stabilisés. Cet ouvrage nous conte également l'odyssée du prix et nous montre comment nous en sommes arrivés là : avec un État acteur microéconomique, une machine de l'innovation qui a engendré du désenchantement, l'Allemagne qui a créé le low-cost pour se prémunir de la propagande marketing.
Ce qui va justifier un prix ou pas se trouve au coeur d'une économie de l'intelligence, condition désormais sine qua non de croissance et de viabilité du système capitaliste et du marché.

COPYRIGHT 2016 - ASSOCIATION DES AGENCES-CONSEILS EN COMMUNICATION - MENTIONS LÉGALES